Autolouanges nocturnes et aurorales (suite), Anne-Gaëlle


Au son des fanfares de l’éternel, je suis flonflon de la fête.


Equilibriste, chercheuse d’or,


j’avance pas à pas sur le fil tendu de mes rêves.


Priseuse d’ailes, j’en appelle au bon sens retrouvé.


Femmes aux multiples regards, je capte les vapeurs de mes soeurs.


Je les honore me reconnaissant en chacune d’elle la même essence.


Je suis l’indice sur la trame des mystères,


Capteuse de divine pesanteur


Reine de paradoxe


Autolouangeuse, je me démesure et je m’audace.


J’ose le grand oui à la vie.


Je m’auto-triomphe.


Par mon oeuvre, je deviens trait d’union et je livre ma structure.


J’attire, capte les mondes et bien d’apparentes dissemblances de visages.


Je révèle une unité nouvelle par le langage secret de l’Ame.


Je donne à lire l’expression de mon essence.




3


Je troque les tournicotes dans mes jupes d’enfant gênée contre une paire de grosse


pointure.


Je m’effleurence.


Je me marie de mille lys.


Je m’écris’tiane Singer.


Je m’intègre.


Je m’épure de grâces au royaume de mes soeurs.



Anne-Gaëlle, Saint-Didier juillet 2012


__________________________________________________



CONTACT 

Partagez-nous vos autolouanges!

ADRESSE

62 bis rue de Romainville 

75019 Paris, France

CONTACT

© 2020 par Institut de l'Autolouange

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Facebook