Expo “Les Fruits de la Passion” à Beaubourg

Adel Abdenemed « Habibiti »

Je suis suspension de la nuée, apnée.

En fluidité d’ossature mon sillage est ma place exacte, mon reflet, l’écho concret de ma chevelure de totem.

Voyager est mon état.

Je suis lymphe transparente.

Ghost Kader Asia

Je suis armée de cris muets, rassemblée dans l’infinie distinction de mes corps.

Vague neutre qui oscille, je suis mélange et singularité.

Béance et proximité, familiarité et transfert de sens, je suis le son fossile, troublant de vie.

Leandro Erlich « The view »

Je suis le regard qui rassemble la multitude, je traduis en langue commune les univers étrangers, révèle les mouvements invisibles, tricote à l’infini les connivences.

Je suis la joie extasiée à l’œil d’enfance.

Accrochée au bord de la fenêtre, je bois le monde qui palpite.

Johannes Kahrs « Finnay Accept Fate”

Halte, recueil, caresse, ombre chinoise esquissée, décodage appliqué, je suis le signe humain qui dit son être au monde.

Main, danse avec l’autre, je suis l’aile de la rencontre.

Anri Sala « Mixed behavior’s »

De toutes parts je suis l’origine.

Palpitation féerique, je trouble l’effet.

Guerre et explosion de fête, mort et déferlance d’énergie pure, je festoie aux lisières du sens, instille le déséquilibre.

Je suis le déploiement vital du chaos qui joue avec l’homme.

Hans Peter Feldmann « Shadow Play »

Je suis la fin du repas, l’instant sacré de la magie domestique, le retournement du regard.

Invite au glanage des objets familiers, aux assemblages de fortune suspendus par les souffles en attente, je suis le jeu qui se met en marche.

Je suis la trêve entre l’usage et le rebus, là où s’installe l’élégance du créateur.

Je suis le simple instant du partage de regards qui dévoile les amours cachées.

Tendresse rieuse et frêle, je suis le plaisir serein.

Demakersvan « Panneau Lace Fence »

Echelle hors champ de l’enceinte, je suis canevas filé de clôtures et d’arabesques.

A mailles expertes je monte l’ouvrage ; boucle après boucle, je suis tension parfaite.

Nul n’ignore mon treillage et passe. Posée là, en aparté, j’attends les pas qui s’approchent.

Alors, ouvrant un à un les lacets de ma constitution, je révèle en grande artisane le velouté de mes contours. De métal, je suis fil de soie, de manufacture, je suis coussin de dentellière.

Je suis l’entrée dans la langue ancienne, à vous qui vous arrêtez, je dis la légende de l’origine.

Renzo Piano Monastère Sainte Claire Ronchamp

Je suis la recluse donnée à voir.

Silhouette emprisonnée dans le temps passé, je campe, saugrenue, à l’orée de mon palais de verre.

Mon dos connaît la pierre, le froid et le silence, j’habite désormais la lumière.

Je suis l’unité de la cellule, en communion avec l’extérieur, je signe à chaque pas la fluidité sacrée de mon choix.

Je suis la recluse qui témoigne des transparences.

Michèle, Paris novembre 2012

CONTACT 

Partagez-nous vos autolouanges!

ADRESSE

62 bis rue de Romainville 

75019 Paris, France

CONTACT

© 2020 par Institut de l'Autolouange

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Facebook