Exposition au Musée d’Art Spontané, Bruxelles


Aux élèves de 3P

VOS ENFANTS EXPOSENT AU

MUSEE D’ART SPONTANE

Chers parents,

Dans le cadre de notre projet de soutien et développement des classes de 3e professionnelle, les élèves de 3e Travaux de Bureau ont récemment visité le Musée d’Art Spontané. Cette visite a été suivie d’un atelier d’écriture en autolouange, animé à l’école par Marie Milis, anciennement enseignante et actuellement auteure et formatrice.

Aujourd’hui, après avoir parcouru le musée en tant que visiteurs, vos enfants vous présentent LEUR PROPRE exposition au Musée même. Leur comportement enthousiaste et les contacts sympathiques avec les responsables de l’endroit ont favorisé un accueil qui a dépassé nos attentes.

En bref, ce vendredi 22 février 2013 à 11 h 30, nous vous invitons au vernissage de l’exposition de nos classes. Celle-ci se tiendra du 22 février au 2 mars 2013 – rue de la Constitution 27 à 1030 Bruxelles

Votre présence est comme toujours importante à nos yeux. Nous vous invitons chaleureusement à venir découvrir les ‘cadeaux’ que nous avons reçus lors de ces travaux avec vos enfants.

Marie Milis a donné forme à leur parole d’une façon aussi artistique que surprenante, ceci pour remercier d’avoir partagé une de nos journées à l’école. Un présent de plus …

Merci de l’intérêt que vous pourrez témoigner

A. De Meyer M. Clarys

Directeur-adjoint Directrice

NOS CLASSES DE 3P EXPOSENT

AU MUSEE D’ART SPONTANE

rue de la Constitution 27 – 1030 Bruxelles

Vernissage ce vendredi 22 février à 11 h 30.

Fin de l’exposition le samedi 2 mars.

DANS LE CADRE DU PROJET ‘EXPAIRS’

Cher parent et visiteur,

Il nous a semblé utile d’expliquer pourquoi nos élèves exposent aujourd’hui au Musée d’Art Spontané. Et pourquoi vous pouvez lire des phrases sur leurs travaux. Quel est le lien entre les travaux d’artistes et les leurs?

La réalisation de cette exposition est née d’une superposition d’idées.

Engagés dans un projet de revalorisation et de soutien aux classes de troisième et quatrième professionnelle, nous avons observé que les activités créatives avaient du succès avec nos classes. Le Musée d’Art Spontané permettait de se rendre compte que chacun dispose de ressources artistiques et invitait à les mettre en œuvre à travers un dessin.Nous avons donc entrepris sa visite avec nos élèves.

Les réactions furent positives, ouvertes et très actives au niveau des productions. Comme nous leur expliquions que les artistes exposants n’avaient pas nécessairement plus de formation qu’eux, est venue l’idée qu’ils puissent, eux aussi, présenter leurs ‘œuvres’. Vivre carrément l’expérience. Ainsi donc, nous dépassions les mots pour leur laisser expérimenter la portée de leur action. Pour nous, il est important que les jeunes comprennent l’impact qu’ils ont sur leur quotidien, sur leur environnement. Que les actes qu’ils posent ont une portée. La coopération avec le musée d’art spontané en était une belle illustration.

Ces idées se sont entrecroisées avec celles de Marie Milis, enseignante, écrivain et accompagnatrice en autolouange. Après avoir rencontré Marie à travers la lecture de ses livres (*) et d’une formation, nous lui avons demandé de venir présenter l’autolouange à nos élèves et de les y initier. Elle avait travaillé avec des jeunes ayant appris la non-estime d’eux-mêmes avec son cortège de tactiques d’évitement, d’absentéisme et de violence. Elle en concluait qu’il était impossible de redonner goût aux apprentissages sans en passer par une revalorisation de la personne qui lui permette de renouer une relation vivante avec son propre talent. Ce en quoi nous la rejoignions absolument.

Ngo Semzara Kabuta, linguiste et professeur à l’université de Gand présente l’art de l’autolouange comme un joyau de la sagesse africaine. Il s’agit d’écrire et de proclamer un portrait de soi, sans mensonge et sans modération. Une seule exigence; l’amplification.

Pour faciliter le travail d’écriture en autolouange, on peut utiliser un support. Il a semblé évident qu’après l’investissement réalisé par les élèves au niveau des dessins, ceux-ci constitueraient un support de choix. Ainsi donc, les dessins ont servi de base à l’atelier d’autolouange qui a suivi notre visite au musée. Les phrases qui sont nées de cet atelier ont été mises en valeur au cours de bureautique, imprimées et collées sur les dessins.

Marie Milis a offert et réalisé elle-même l’arbre composé des phrases des élèves en remerciement pour sa journée à l’école.

Une telle expérience permet de se vivre ‘capables’ et créateur. Nous avons été étonnés

Il nous a semblé utile d’expliquer pourquoi nos élèves exposent aujourd’hui au Musée d’Art Spontané. Et pourquoi vous pouvez lire des phrases sur leurs travaux. Quel est le lien entre les travaux d’artistes et les leurs?

La réalisation de cette exposition est née d’une superposition d’idées.

Engagés dans un projet de revalorisation et de soutien aux classes de troisième et quatrième professionnelle, nous avons observé que les activités créatives avaient du succès avec nos classes. Le Musée d’Art Spontané permettait de se rendre compte que chacun dispose de ressources artistiques et invitait à les mettre en œuvre à travers un dessin.Nous avons donc entrepris sa visite avec nos élèves.

Les réactions furent positives, ouvertes et très actives au niveau des productions. Comme nous leur expliquions que les artistes exposants n’avaient pas nécessairement plus de formation qu’eux, est venue l’idée qu’ils puissent, eux aussi, présenter leurs ‘œuvres’. Vivre carrément l’expérience. Ainsi donc, nous dépassions les mots pour leur laisser expérimenter la portée de leur action. Pour nous, il est important que les jeunes comprennent l’impact qu’ils ont sur leur quotidien, sur leur environnement. Que les actes qu’ils posent ont une portée. La coopération avec le musée d’art spontané en était une belle illustration.

Ces idées se sont entrecroisées avec celles de Marie Milis, enseignante, écrivain et accompagnatrice en autolouange. Après avoir rencontré Marie à travers la lecture de ses livres (*) et d’une formation, nous lui avons demandé de venir présenter l’autolouange à nos élèves et de les y initier. Elle avait travaillé avec des jeunes ayant appris la non-estime d’eux-mêmes avec son cortège de tactiques d’évitement, d’absentéisme et de violence. Elle en concluait qu’il était impossible de redonner goût aux apprentissages sans en passer par une revalorisation de la personne qui lui permette de renouer une relation vivante avec son propre talent. Ce en quoi nous la rejoignions absolument.

Ngo Semzara Kabuta, linguiste et professeur à l’université de Gand présente l’art de l’autolouange comme un joyau de la sagesse africaine. Il s’agit d’écrire et de proclamer un portrait de soi, sans mensonge et sans modération. Une seule exigence; l’amplification.

Pour faciliter le travail d’écriture en autolouange, on peut utiliser un support. Il a semblé évident qu’après l’investissement réalisé par les élèves au niveau des dessins, ceux-ci constitueraient un support de choix. Ainsi donc, les dessins ont servi de base à l’atelier d’autolouange qui a suivi notre visite au musée. Les phrases qui sont nées de cet atelier ont été mises en valeur au cours de bureautique, imprimées et collées sur les dessins.

Marie Milis a offert et réalisé elle-même l’arbre composé des phrases des élèves en remerciement pour sa journée à l’école.

Une telle expérience permet de se vivre ‘capables’ et créateur. Nous avons été étonnés de la force de certains dessins, de la richesse des couleurs entre autres. Nous sortons par ce genre d’exercice de l’angle de vue classique et l’expression prend une autre forme, ouvrant de nouvelles possibilités de rencontre et de découverte de l’autre.

Cette exposition est pour nous l’occasion de mettre en valeur la grande richesse de tous les intervenants. Nous avons rencontré nos élèves de façon très différente à travers leurs dessins et leurs exercices d’écriture. Ils ont été soutenus et accueillis par des gens sensibles à la noblesse du cœur. Il en résulte une expérience aux couleurs vives et aux mots enchantés qui continuent de vibrer.

Nos partenaires: le Musée d’Art Spontané, Marie Milis, notre direction à l’Institut Paul Henri Spaak qui offre un soutien sans faille à nos idées, l’asbl Bravvo, les parents et enseignants, tous ceux qui nous ont aidés et bien entendu: nos élèves.

Merci à tous. Belle découverte.

Claire, Vincent, Nathalie

Posts récents

Voir tout

Autolouange Bruxelles

Autolouange avec Marie Milis à BRUXELLES Se reconnecter à son identité Booster estime de soi et confiance en soi Faire émerger son intuition et ses talents Mieux se connaitre Technique millénaire, l’a

CONTACT 

Partagez-nous vos autolouanges!

ADRESSE

62 bis rue de Romainville 

75019 Paris, France

CONTACT

© 2020 par Institut de l'Autolouange

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Facebook