Je suis le saut carpé de côté, Michèle

Je suis le saut carpé de côté !

Ancrage sûr, force du bras, je vise l’arrivée.

De vol en vol, jeu répété sur mon territoire, je trace mon passage.

Je suis, de l’obstacle, le saut.

Je suis du limon fangeux, l’aiguillon.

Bleu sur le vert du marécage, je suis empreinte de l’atterrissage, profondeur de la trace que je quitte pour un nouveau pas.

La surface de mes eaux dit mon mariage avec la terre et le vent, baie aux effluves de grand large, je guette les accoutumés qui connaissent mes sillons et suivent leur route.

Je suis l’avancée habile qui se rit de l’à peu près !

Je suis la grande exigence, pied sûr, souffle droit, reins souples sont mes alliés. J’ai pour écho le rythme de ma course. Doublant le pas cheminant, je vole et bats sur la terre.

Je suis dompteuse d’eaux troubles, aux quatre coins de mes terres je tends la peau de mon tambour, ma vitesse transmue les fluides de surface, j’agrège leurs parcelles isolées, rectifie les connections, active les passages d’information et offre le saut comme invite à la griserie de l’espace.

En suspension entre eau, ciel et terre je suis l’ancrage en envolée, rendu à la découverte de l’errance.

Je suis la certitude qui flirte avec la chute, dans l’énergie du saut je peux perdre le but, pied à côté d’un centimètre, perdue dans la griserie des entrelacs, arrivée aux confins inconnus, là où le vent ne suit plus ma course.

J’ajuste alors mon souffle au petit pas, refaçonne sur l’appui la prise, laisse mon dos hésiter, tourner, une fois, pour rien.

Je suis flair ténu, narines palpitantes j’hume les parfums nouveaux, tisse les nouvelles alliances, recouds à petits points les usures qui sommeillent.

Socle radeau de transhumance, je laisse aux flots la direction du voyage.

Je prends des forces, j’essuie la sueur de l’effort, je fais halte sur le bord jusqu’à ne plus être que le regard qui attend.

En enroulée au creux du ventre, je suis la route qui reprend, saut après saut, souffle après souffle, je suis l’obstinée qui avance, je suis l’avancée qui de son rythme même créée la route.

Michèle, Paris décembre 2012

Michèle

CONTACT 

Partagez-nous vos autolouanges!

ADRESSE

62 bis rue de Romainville 

75019 Paris, France

CONTACT

© 2020 par Institut de l'Autolouange

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Facebook